Formation Auxiliaire Ambulancier

formation_auxiliaire_ambulancier

Pour qui veut associer l’amour de la conduite et l’assistance à autrui en un laps de temps assez court, la formation auxiliaire ambulancier est toute indiquée. A la différence de la formation ambulancier qui s’étend sur 630 heures, soit 18 semaines dont 5 de stage, la formation auxiliaire ne compte que 70 heures, c’est-à-dire 10 jours. L’autre différence consiste dans le diplôme qui sanctionne ces deux formations : D.E.A. (Diplôme d’Etat d’Ambulancier) d’un côté, attestation de formation de l’autre.

Même s’il s’agit d’une formation courte, cela ne signifie pas qu’elle puisse se faire à la légère. Dépendant du ministère de la santé, elle répond à l’arrêté du 26 janvier 2006 modifié par l’arrêté du 18 avril 2007. Elle s’effectue dans les IFA, dépendant généralement des CHU, ou à la Croix-Rouge. Elle porte sur des modules bien précis : hygiène, déontologie, gestes de manutention, transport sanitaire et gestes d’urgence.

La formation auxiliaire ambulancier ne comporte pas d’épreuves de sélection au sens propre du terme comme pour la formation ambulancier. Mais depuis cette année, certains CHU font passer un test de sélection auxiliaire sous forme de test psychotechnique. Cette décision peut s’expliquer par le fait qu’aucun niveau particulier n’est requis pour entrer en formation d’auxiliaire. C’est une façon d’équilibrer les chances de chacun en recrutant des candidats de niveaux à peu près équivalents et aussi de juger de leur aptitude à réagir.

Les pré-requis pour s’inscrire à la formation d’auxiliaire ambulancier

Pour l’inscription à la formation, vous devrez :

  • fournir un certificat médical de vaccinations conforme à la réglementation concernant les professionnels de santé, ainsi qu’un certificat de non contre-indications à la profession d’ambulancier ; ils doivent être établis par un médecin agréé DDASS ;
  • disposer d’un permis de conduire conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité depuis plus de trois ans (deux ans dans le cas de conduite accompagnée) ;
  • posséder l’AFGSU niveau 1 en cours de validité ;
  • fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance

Pour chaque session, le nombre de places est fixé par arrêté ministériel. Lorsqu’il y a eu passage de test psychotechnique, deux listes sont établies en fonction des notes : la liste principale dont les candidats intégreront directement la formation et la liste complémentaire qui servira en cas de désistement d’élèves de la liste principale. Dans ces conditions, on pourrait dire que le principe d’un concours d’entrée est appliqué.

Le déroulement des cours s’effectue en salle pour la théorie, en travail de groupe pour la pratique et en mise en situation sur des cas concrets. Les divers intervenants sont tous des professionnels de la santé et des cas d’urgence : médecins du SAMU, infirmiers, secouristes, pompiers… A la fin de la formation, l’obtention de l’attestation est soumise à l’accord du jury sous réserve que l’ensemble des compétences ait été validé lors de l’évaluation de chaque module.

Parmi les documents constituant le dossier d’auxiliaire lors de l’inscription à la formation, une promesse d’embauche (avec justificatif à l’appui) est fortement conseillée et parfois même exigée par certains instituts. Elle aura aussi son utilité pour vous permettre de rechercher une aide au financement. Selon les IFA, le coût varie de 400 à 650€.

Le passage par la profession d’auxiliaire ambulancier peut être un tremplin vers celle d’ambulancier. En effet, elle dispense de tout ou partie des épreuves de sélection à la formation ambulancier :

  • épreuve écrite d’admissibilité après un mois minimum d’exercice durant les 3 années précédentes ;
  • épreuve orale d’admission après un an minimum d’exercice au cours des cinq années précédentes.

Rappelons au passage le rôle exact d’un auxiliaire ambulancier. C’est le membre unique d’un véhicule sanitaire léger, c’est-à-dire transportant des patients autonomes ou ne nécessitant qu’une aide légère au déplacement. Pour les autres véhicules sanitaires, il fait équipe avec un ambulancier détenteur du diplôme d’état. La formation auxiliaire ambulancier amène surtout à exercer dans le privé, mais il ne faut pas perdre de vue qu’elle ouvre la voie à la profession d’ambulancier, donc l’accès à la fonction publique hospitalière.

Plus d'informations sur ce sujet :

Zoom sur le salaire des ambulanciers

Zoom sur le salaire des ambulanciers

Si vous avez décidé de devenir ambulancier, c'est sans aucun doute parce que vous cumulez un intérêt à la fois pour la conduite et pour le milieu médical. Mais même lorsqu'on exerce un métier que[...]

Devenir Ambulancier

Devenir Ambulancier

Pour celui qui maîtrise parfaitement la conduite automobile et désire également exercer une profession "utile", devenir ambulancier peut sembler la voie toute tracée. Mais attention, il ne s'agit pas ici de se prendre pour un[...]

Formation ambulancier

Formation ambulancier

La formation ambulancier se distingue des autres formations paramédicales par deux points : d'une part c'est la plus courte (18 semaines) ; d'autre part elle nécessite une attestation spécifique liée au permis de conduire. Cela[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>